Une simple pile

Bizarre !
J’aimerais bien comprendre, mais il y a des choses qui m’échappent.

Voilà, j’aimerais bien savoir pourquoi je me réveille chaque jour à 1h50, et ceci, avec la ponctualité d’un chef de gare.
1h 50 eh oui, je le sais parce que je tends le bras pour appuyer sur le bouton du réveil lumineux qui accepte sans broncher, d’être tiré de son sommeil pour me donner l’heure.
Alors, je me lève dans la pénombre, car en ville, la nuit est rarement noire et sans mettre mes lunettes, je vais faire un tour dans la cuisine, histoire de jeter un coup d’œil par la fenêtre pour savoir s’il a plu.

Et puis, je jette aussi un coup d’œil sur l’horloge ; une horloge murale, on ne peut plus simple, toute blanche, sans la moindre fioriture.
Je ne vous cache pas que j’ai un peu mauvaise conscience en regardant mon horloge. J’imagine les reproches que m’aurait adressés mon grand-père horloger devant cette intruse.
Grand-père avait passé toute sa vie à courir après le temps, c’est-à-dire à essayer de faire tout son possible pour enfermer les minutes qui s’envolent dans le cadran de ses horloges.
Des horloges faites mains, de la boîte en bois, jusqu’au plus petit des rouages.

Je suis sûr que grand-père aurait eu de la peine en apprenant que mon horloge blanche, toute simple en apparence, comporte un mécanisme qui discute chaque heure, avec une horloge que l’on dit atomique, là-bas quelque part en Allemagne. On obtient ainsi la précision ultime, rêve inaccessible du grand père disparu.

Je regardais donc mon horloge radio pilotée, quand je m’aperçus que l’aiguille de secondes était immobile. Intrigué, je suis allé chercher mes lunettes pour en avoir confirmation.

Une pile vide : il suffit de la remplacer mais pas à 1h50 !

Le lendemain matin, j’entrepris donc de remplacer la pile défaillante et pendant que mes mains bricolaient, mes pensées se mirent à bouillonner.

– au fait, cette pile remonte à quand ?
– je ne me souviens pas de l’avoir changée au courant de l’année.
– elle a donc facilement 2 ans.
– tu crois, 2 ans ?
– donc, elle date de l’époque où mon chien vivait encore.
– déjà 2 ans, il me semble que c’était hier.

Une pile qui rend l’âme et le dialogue avec soi-même s’engage ; les idées explosent dans toutes les directions. Une pile témoin qui nous observe sans rien dire, une pile jalon qui joue les petits cailloux blancs du chemin de vie.

Une pile qui a renvoyé aux remises les ressorts des horloges de mon grand-père.

Ainsi va la vie.

De poids en ressort,
De ressort en pile,
De progrès en progrès,
C’est du moins c’est que l’on dit
Mais je n’en suis pas sûr du tout

Et pendant que je raccrochais mon horloge blanche à son clou, j’ai cru voir, l’espace d’un instant le reflet du visage de mon grand père, visage bienveillant et un peu fier qui semblait dire : continue mon gamin, mais soit conscient que si tu vis, c’est parce que nous avons vécu.
Alors n’oublie pas de laisser des traces pour ceux qui vivront après toi.

Views: 1666