QU’EST CE QU’ON MANGE

J’éprouve beaucoup de plaisir quand une lectrice ou un lecteur me contacte pour me poser une question technique ou pour évoquer pour un souvenir.
Je pense sincèrement que la connaissance ne vaut que si elle est partagée.

Parmi les questions, il y en a une qui revient souvent :
qu’est ce que l’on mange aujourd’hui ?

Il me semble que cette interrogation représente souvent pour certains, une véritable hantise. Et, je veux bien admettre qu’il est plus facile de mettre les pieds sous la table que de se creuser quotidiennement la tête à la recherche d’un menu qui doit réunir tout un ensemble de qualités :

Ce menu :

– doit avant tout plaire.
– doit correspondre aux ingrédients disponibles.
– doit entrer dans le budget que l’on s’est fixé.
– doit être réalisable par la personne chargée de le faire.
– doit être réalisable dans le temps dont on dispose
etc…

Plus facile à dire qu’à faire.

Alors, vu le nombre de questions pas toujours visibles sur le site, je vous propose de partager ma démarche et pour être plus près de la vérité,  notre démarche car nous établissons nos menus à deux.

Le vendredi soir, je sors ma «  bible » entendez par là, l’agenda que m’a offert ma centrale d’achat et nous établissons les menus de la semaine. Cela peut devenir un moment de partage ou se transformer en pugilât. Mais nous finissons généralement par tomber d’accord. Car  vous savez bien : des gouts et des couleurs ….

Alors voilà, je vais vous mettre dans le coup et si cela devait vous être utile, vous me verriez heureux.

Les bases :

Elles sont multiples et comprennent :

– des bases culinaires.
– des bases de respect de la nature, de l’environnement et de la proximité.
– des bases médicales : mon épouse étant cardiologue.

Je tiens d’ailleurs à signaler que cardiologie et cuisinier ne s’opposent pas systématiquement quoique souvent  … (si vous voyez ce que je ceux dire.)

MES CHOIX :

Parmi les critères les plus importants, je mettrai en tête l’adéquation menu/saison.
Inutile de manger des petits pois frais pour Noël et de les dédaigner quand ils sont à pleine maturité (exception faite des petits pois surgelés)

Il vaut mieux, me semble-t-il faire « une cure d’asperges » quand elles sont au meilleur de leur forme.

Maintenant deux mots sur la rédaction :

Il y a deux solutions :

– faire une liste de plats pour une ou l’autre saison
– partager notre liste des menus au fil des semaines.

Pour des rasons pratiques je choisis cette seconde option plus vivante à mon avis et qui colle mieux à la réalité.

Il faut également indexer les plats sur la région car la France mesure 1000 km de haut en bas (la latitude) et tous les Français ne vivent pas forcement dans la même saison, au même moment. Je vous parlerai donc des plats que je prépare chez nous en Alsace qui est, comme tout le monde le sait, est le plus beau pays (? ou !).

Nous suivrons donc l’ordre des semaines numérotées sur les calendriers.
L’utilisation des restes est l’une des clefs d’un budget bien maîtrisé. Il faut donc en tenir compte. Pas la peine pour autant de manger le même menu trois jours de suite. Sachez alterner. Apprenez à conserver dans les respects des règles de l’hygiène alimentaire. Nul besoin de vous rendre malade pour économiser quelques euros.
Et pendant que vous mains sont occupées par la préparation des repas, n’oubliez surtout pas

DE GARDER LES PIEDS SUR TERRE.

 

Views: 92