Papy photographe Mon périple

Mon papa était, paraît-il, photographe amateur dans les années 1930.
Il est malheureusement décédé avant de pouvoir partager sa passion avec moi.
Maman a rangé tout le matériel dont elle ne savait que faire, dans un grand carton dans la cave.

C’est avec joie que j’ai plongé dans ce carton.
J’y ai trouvé des dispositifs pour tirer des photos par contact. Papa ne possédait pas d’agrandisseur. À quoi aurait-il d’ailleurs servi, vu que papa travaillait avec un appareil photo “Lumière” à soufflet de format 6×9.

Allez savoir ce que les gènes ont dans la tête. Toujours est-il que j’ai toujours été attiré par la photographie.
J’ai consacré mon premier salaire de moniteur de colonie de vacances pour acheter un Voigtländer Vito CL

J’ai continué la photo même pendant la construction de ma maison et j’ai bien soin d’aménager un laboratoire dans le sous-sol.

Pour ne pas amputer le budget familial, je suis entré comme laborantin dans le journal ” Dernières Nouvelles d’Alsace”
J’y ai appris à travailler vite, très vite.
Un concours m’a propulsé dans le monde des professionnels et je suis passé de simple laborantin, à reporter.

Devenu président d’un club photographique, j’ai aménagé avec l’aide de mon ami Jean Haegy, un laboratoire presque professionnel. J’ai créé une école de photographie à 4 classes pour les jeunes de la commune et nous donnions avec les moniteurs que j’avais formés, 20h de cours de photo à titre bénévole par semaine.

Début des années 1970, j’ai découvert le diaporama. Depuis je n’arrête plus.
C’est en 1980 que je suis monté à Lille pour occuper le poste de professeur de photographie à L’École supérieure de journalisme. Pendant les vacances, je partais en expédition avec des gens au nom célèbre.

C’est l’attaque d’un chien qui m’a fait perdre l’usage de ma jambe droite. Je suis donc rentré dans mon Alsace natale. Je continue le diaporama, et la Fédération Photographique de France m’a honoré du titre d’Ambassadeur.
Je fais souvent partie des jurys nationaux et internationaux. Nous avons, mon épouse et moi, été classés, 6° au Championnat du monde sur 56 pays.

La photographe et la cuisine sont les deux fondements de ma vie.
J’ai eu la chance que deux passions soient devenues des professions.

Si vous avez des questions techniques, n’hésitez pas à me questionner. Je suis avant tout prof.

Le professeur a rarement le temps de forger son propre style. Il doit savoir répondre à toutes les questions. Mais quel bonheur aussi de voir les étudiants qui dépassent le maître ou disons plutôt celui qui les a initiés.

Views: 235