Moscou : le métro

Moscou : le métro.

Qui n’a entendu parler du métro de Moscou ? En parler c’est bien, mais le voir, et surtout se risquer à le prendre est une autre paire de manches.

Ce jour-là, notre guide nous avait prévenus.
Restés «  groupirts » car si vous vous perdez, j’aurais bien du mal à vous récupérer.

Alors, le temps d’une visite, nous sommes redevenus comme qui dirait «  une bande de jeunes » un peu comme des poussins sagement serrés sous l’aile protectrice de leur maman.

Mais les poussins avaient pour la plupart la soixantaine bien sonnée.

Il est vrai qu’il y a de quoi se perdre dans le métro de Moscou : il est grand, il est profond, il est très fréquenté et quand on cherche quelques indications écrites ne voilà-t-il pas qu’elles sont écrites en cyrillique, cet alphabet qui se plait à tourner quelques lettres dans l’autre sens.
Raison de plus de rester groupierts ».

La première des choses qui frappe, c’est la taille des stations : immenses
La seconde chose est leur profondeur. Les escalators vous entrainent vers le bas comme dans une mine.
Et tout ce monde ! Le guide nous avait prévenu : on va vous dépasser. Tenez bien votre droite.

Et oui, les gens pressés non seulement piaffent d’impatience, mais ils accélèrent les mouvements en vous dépassant.

Ce qui frappe aussi, c’est la propreté ! Je n’ai pas vu le moindre morceau de papier, pas le moindre mégot.

Chaque station est une entité.

Elles ont, paraît-il été construites par les gens venant des diverses régions et chacun a bien sûr eu à cœur de faire en sorte que la région soit représentée par un bel ouvrage.
Chaque station possède donc son style, sa décoration, ses lustres particuliers, ses statues ses vitraux parfois.

Et puis, nous avons pris le métro. Les rames se succèdent à un rythme rapide. L’embarquement et le débarquement sont facilités par le niveau des rames et des quais.

Un métro est un métro, mais j’ai remarqué que les gens, à la vue de ma canne, m’offraient spontanément leur place assise.

Спасибо ! (merci)

La visite du métro de Moscou m’a fort impressionné, mais ce n’est qu’une visite, même si elle dure quelques heures.

Je vous propose de partager quelques souvenirs photographiques.

Photos de papy

Photos de mamy :

Quelques indications techniques

Il n’est pas question d’utiliser un flash, d’une part pour ne pas réer de gène et d’autre part parce que le flash “casse” l’ambiance. Nous avons donc poussé la sensibilité à 1600 ISO

Views: 1683