LE PATISSON

Le pâtisson appartient sans nul doute, au groupe des légumes oubliés.
Pourtant, il ne passe pas inaperçu.
Dans le jardin, il forme une plante assez volumineuse, et ses fruits de couleur blanche, se voient de loin.
Sur les étals au marché, le pâtisson se fait remarquer par ses formes, mais rares ces les gens qui connaissent sont nom.
Ses formes  expliqueny qu’il a hérité d’un tas de surnoms :

– bonnet de prêtre.
– bonnet d‘électeur.
– couronne impériale.

Certains le nomment à tord « artichaut de Jérusalem »ce qui est une erreur, car ce surnom est attribué aux topinambours.
« artichaut d’Espagne » est plus juste

Toujours est-il, qu’un jour, j’ai vu apparaître des pâtissons dans mon potager, sans en avoir jamais plantés ou semés

Peut-être que quelques graines avaient survécu sur mon compost et avaient germé le jour profitant d’un moment où j’avais le dos tourné..

J’ai donc récolté un pâtisson blanc d’environ 30 cm de diamètre.
Il m’a semblé très lourd.

LE PÂTISSON EN CUISINE :

Inutile de chercher « pâtissons » dans le répertoire des recettes de la cuisine classique.
Le pâtisson semble être passé à la trappe.

Je me suis donc tourné vers les recettes qui pullulent sur le net.
J’en ai étudié plusieurs, avant d’en choisir une.
Comme toujours, quand j’emprunte une recette, je la mets à ma sauce.

RECETTE DU PÂTISSON FARCI :

Il est difficile d’indiquer un grammage pour les différents ingrédients, car ils dépendent de la taille de pâtisson.
Je vais donc me contenter de les nommer.

Il faut :

1 pâtisson.

Pour la farce, il faut :

– de la viande hachée
.- 1 oignon.
– 2 gousses d’ail.
– du persil.

Selon le cas, vous pouvez ajouter des légumes à votre farce.
Comme j’avais fait une ratatouille, la veille, j’ai enrichi ma farce avec quelques cuillers de ratatouille et de coulis de tomates.
– assaisonnement
sel poivre, piment, quatre épices.

Petit truc du chef :

Je mets toujours un peu de lait en poudre dans mes farces afin de mieux retenir l’humidité.

PROGRESSION :

Phase N°1

Cuire le pâtisson dans de l’eau salée.
Combien de temps ?
Bien malin celui qui le dira.

Il suffit de vérifier avec une aiguille à brider.
L’aiguille doit s’enfoncer mais pas trop facilement.

Phase N°2

– refroidir le pâtisson.
– le poser dans un récipient supportant le four afin de mieux pouvoir le manipuler.

Phase N°3

– couper un couvercle.
– creuser le pâtisson.
– enlever toutes les graines et le reste.

Phase N° 4

– préparez la farce.
– ciselez les oignons et les faire cuire dans un peu de vin blanc.
– hachez le persil et l’ail.
– mélangez tous les éléments.
– cuire la farce dans une poêle.
– assaisonnez assez fortement.
– garnir le pâtisson.

Phase N°5

– cuire le pâtisson dans le four 200°C L.T.Q.F. = le temps qu’il faut.

Servir avec une salade.

COMMENTAIRES DU CHEF :

Alors ce pâtisson ?
Ben oui….

Il ne casse pas des briques !

La peau est relativement dure.
Il faudrait peut-être utiliser un pâtisson plus jeune.

La farce ?
Elle va.

Le goût ?
Le pâtisson ne brille pas par son goût très neutre.
Moins bon que le potimarron et la courgette farcie qui elle-même est déjà assez fade.

Il faut donc donner du goût par un assaisonnement assez fort.

Peut-être en potage ?
Pourquoi pas, je vais essayer et je vous en parlerai.

Alors le pâtisson ?

Classé dans la série : « soit belle et tais-toi. »

 

Les illustrations photographiques sont soumises à © Jean-Paul Brobeck

Un pâtison blanc, mais il existe d’autres couleurs Une forme avec une belle bordure ourlée. L’autre côté. La tige. Cuisson départ eau froide salée. Après refroidissement, on découpe un couvercle.Il faut creuser pour éliminer les graines. Les graines sont prise dans une sorte de gelée. Bien vider La farce est enrichie de légumes Bien mélanger. On remplit le pâtisson. Remettre le couvercle La saladier permet de cuire sans risque.
Dans le four LTQF le temps qu’il faut.

Views: 239