Introduction : petits truc du chef

Tous les métiers possèdent leurs tours de main, leurs petits trucs issus de l’expérience.

Tenez un jour, j’ai demandé au vieux boulanger de mon quartier :
comment on fait du pain ?

Réponse :

– tu prends un sac de farine.
– tu prends un seau d’eau.
– une tasse de sel.
– un paquet de levure de boulanger.

Cette recette lui a permis de fabriquer notre  quotidien pendant des années.
Pourtant, permettez-moi de frémir à l’idée qu’un jour la tasse qui sert à mesurer la quantité de sel se casse.
Nous voilà avec du pain trop ou pas assez salé.
Et si le seau devait se fendre …

Il en va de même pour tous les métiers.
A force de refaire les mêmes gestes, à force de voir les mêmes choses, on finit par savoir.
Mon ami Jean-Claude vous indiquait la température du sucre rien qu’en regardant la taille des bulles.
Les unités : le mètre, gramme, degré C sont faites pour nous faciliter ce travail.
 

Savoir, c’est bien.
Transmettre, c’est mieux.

Et pour transmettre le mieux possible il faut aller plus loin que les connaissances,
il faut atteindre  LA CONNAISSANCE.

 

Mon boulanger du début de cet article aurait pu me dire :

 

– tu hydrates ta farine à 60%.
– tu comptes 20 g de levure par kilogramme de farine.
– tu ajoutes 20 g de sel par kilogramme de farine.
– tu travailles sur la base de température de 55°C.

Encore aurait-il fallu qu’il le sache !
Mais, on ne lui avait jamais appris qu’à refaire les gestes que son patron faisait depuis toujours.

Le «Pourquoi » devrait primer le «Comment »

On ne peut trouver un arrangement avec le « pourquoi. »
Mai, on peut adapter le « comment » aux possibilités dont on dispose.

Voilà, j’ai dit…
ce que j’avais sur le cœur,
ce à quoi j’ai passé ma vie
ce qui peut éventuellement vous être utile.

Views: 101