Groseille à maquereau

Groseilles à maquereaux.

 

Introduction :

 

Petite anecdote :
 

Je prends beaucoup de plaisir à faire mes courses au marché. Chez nous, le marché est installé sur  une immense dalle qui recouvre un petit canal : d’où son nom de « marché du canal couvert »

Il paraît (cocorico !) que c’est le plus grand marché d’Europe. Ce n’est pas moi qui le prétends, mais il est vrai qu’il s’étend sur une grande longueur.

On distingue du Nord au Sud :

– les halles plus que centenaires.
– le marché des fruits et légumes.
– la marché dit «  des tissus ».

Dans la partie réservée aux  fruits et légumes, les marchands sont alignes sur trois rangs.

Dans l’allée centrale, il y a les détaillants. Vous y trouverez tout ce que vous voulez. Soyez malins, achetez les produits de saison.
 

Sur les côtés, il y a, à gauche, les grossistes, afin de moins en moins.
Sur la droite vous trouverez les paysans, les petits producteurs qui vendent les produits de leur jardin.

L’autre jour donc, j’avais pris place dans une file d’attente devant le stand d’une paysanne. Stand est d’ailleurs un grand mot pour parler d’une table de camping, une balance posée à même le sol, avec des cageots et des paniers.

Devant moi, dans la file, une jeune dame.

Elle désigna une barquette sur la table. Pardon madame, c’est quoi ces fruits ?

– ce sont des groseilles à maquereaux !
– des groseilles à quoi ?
– maquereaux. Il en existe des rouges et des vertes.
– et ça se mange ?
– bien sûr et on peut même en faire des confitures.

 

Présentation :

Les groseilles à maquereaux appartiennent aux fruits de mon enfance. Il y avait là-bas, au fond du jardin, quelques arbustes qui m’avaient appris à me méfier de leurs épines, des épines bien droites, bien acérées qui vous piquent sans vous avertir.

Alors, j’essayais de cueillir les fruits sans me blesser et ce n’était pas facile du tout.

Ils entraient dans la composition d’une salade de fruit, ou alors, maman en faisait des confitures.
J’avais un petit faible pour les groseilles à maquereaux de couleurs rouge foncé, un peu plus sucrées que les vertes dont l’acidité vous fait grimacer.

 

La groseille à maquereaux, comme son nom l’indique, fait partie de la famille des groseilliers qui compte de nombreuses variétés. Ce qui la caractérise, c’est la présence d’épines bien pointues.
Chez nous, on comptait deux variétés : les vertes et les rouges. Elles poussent sur des arbustes qu’il faut à tout prix tailler car ces arbustes-là, se referment sur eux eux-mêmes rendant la cueillette très douloureuse.
En taillant, on peut déterminer une forme et certains jardiniers choisissent de leur donner une forme en petit arbre. L’important, à mon avis, est d’essayer d’obtenir de longues branches isolées.

 

Il paraitrait que le nom de « groseilles à maquereaux » provienne du fait que l’on profitait de l’acidité de leur jus pour préparer les maquereaux qui comptent parmi les poissons gras.

Voici donc un fruit qui commence à rejoindre la liste de plus en plus longue des fruits oubliés.

Goûtez ! Régalez-vous des

 « croupoux », « croque-poux », « gratte-poux », « péteuse »  autres noms des groseilles à maquereaux

 

Savoir plus

 

Galerie photos

 

 

 

 

Views: 1954