La galette des rois : une tradition millénaire.

Le 6 janvier, les Chrétiens fêtent l’Epiphanie : une fête qui célèbre le Messie venu et incarné dans le monde.
Ce jour-là, le Messie reçoit la visite et l’hommage des mages :
– Gaspard (pour l’ Asie),
– Balthazar (pour l’Afrique),
– Melchior (pour l’Europe).

Depuis le moyen Age, le jour de l’Epiphanie, aussi appelée «Théophanie », on déguste la galette des rois qui contient une fève.
Celui qui trouve la fève est nommé «  le roi » ou «  la reine » du jour.
Il ou elle porte une couronne fantaisie.

Voilà qui semble clair, sauf qu’en réalité,  la tradition remonte bien plus loin que le Moyen Age.

Origines de la fête des rois :

Pour bien comprendre les origines de la fête des rois, il faut évoquer un certain nombre de choses et les mettre en relation les unes avec les autres.
La date de la fête des rois ne tombe pas par hasard.
Nous sommes un plein cœur de l’hiver et il vient de se passer un événement très important. : le solstice d’hiver.

Solstice d’hiver et solstice d’été :

La Terre tourne autour du Soleil. A cause de l’inclinaison de l’axe de la Terre d’une part et de la forme elliptique de la trajectoire, la durée de l’éclairement varie. Ces variations sont la cause des saisons.
Quand l’éclairement est au maximum, le jour est plus long que la nuit.
Cela se produit un  jour particulier : le jour du solstice d’été.
Quand l’éclairement est au minimum, c’est la nuit qui triomphe et nous sommes le jour du solstice d’hiver.

Les hommes ont de tout temps compris leur dépendance au Soleil, c’est pourquoi ils en ont fait un dieu.
Quand ce dieu leur est favorable, les hommes le fêtent.
Quand le dieu soleil semble les délaisser, les hommes le craignent et, pour l’amadouer, pour s’attirer les bonnes grâces, ils lui offrent des sacrifices.

Les solstices ont de tout temps constitué des repères qui rythment la vie des hommes.

Solstice d’été, la saint Jean d’été le 21 juin.
Solstice d’hiver, la saint Jean d ‘hiver, le 21 décembre.

En réalité, ces dates ne sont pas fixes.

Le jour du solstice d’hiver,  la nuit dure plus longtemps que le jour.
C’est le jour où l’on fête ce qui nous manque le plus : la lumière.

C’est également le jour où tout bascule, car passé le solstice d’hiver, les jours commencent à rallonger et les nuits raccourcissent.
C’est le jour du renouveau.
C’est également le jour de la renaissance.
Le jour de la vie retrouvée.
Le jour de l’inversion.

Il existe dans certaines régions d’Allemagne et d’Autriche, des traditions qui méritent d’être signalées.
L’une d’elles consiste à aller dans le verger endormi et de secouer les arbres en leur disant ;
« il est temps de vous réveiller ».
Une autre de ces traditions consiste à faire le tour des étables pour bénir les animaux.

Le solstice d’hiver marque le point à partir duquel les jours commencent à rallonger.

Mais, avez vous réellement remarqué le rallongement des jours ?
Personnellement, je pense que l’allongement est tellement minimal et surtout progressif qu’il est franchement imperceptible. Il faut un recul de plusieurs semaines afin de se rendre compte que le soleil se couche un peu plus tard.

Croyez-vous vraiment pouvoir percevoir les quelques secondes de plus ?

Les hommes ont toujours essayé de mesurer le temps qui passe. Ils ont d’ailleurs inventé, au fil des siècles, des machines et des techniques de plus en plus perfectionnées. Actuellement, la mesure du temps se fait avec une précision inouïe grâce aux horloges atomiques, mais avant ?
Il faut bien le reconnaître : on était dans l’approximatif.

De plus, il convient de relativiser, car la durée des jours varie également selon la latitude.
Dans le Nord, les fêtes de la lumière (la sainte Lucie) ont lieu le 13 décembre déjà.
Dans le sud (Nazareth) la naissance de Jésus, Noël, a été fixé au 25 décembre.

La fête des rois correspond  à une fête célébrée par les Romains et qui se situait « vers la fin du mois de décembre » : les   Saturnales.

Le mot Saturnales vient de la planète Saturne qui est une planète tellurique avec un aspect angoissant. Alors à l’occasion des saturnales, les hommes  réunissaient tous les membres d’une « famille » maîtres et esclaves.
On posait sur la table une grande galette dans laquelle on avait caché une fève (le hasard)
On demandait au plus jeune de passer sous la table.
Le maître de maison découpait la galette selon le nombre de présents plus une part désignée sous le terme de « part du bon dieu ou « part du pauvre. » 
Le maître de maison saisissait une part et c’est le plus jeune, celui qui est caché sous la table, qui devait désigner le destinataire de cette part. Double symbole donc, la fève (hasard) et la main innocente qui désigne.
Cette tradition se perpétue encore de nos jours dans certaines familles.

Celui qui trouvait la fève était désigné roi ou  reine, coiffé d’une couronne fantaisie. Il recevait le pouvoir pour la journée.
» Nous sommes en plein dans la fête de l’inversion car selon le hasard ; l’esclave peut devenir le maître d’un jour.

 

Ce genre de fêtes était bien apprécié, au point d’ailleurs que certains en organisaient  à d’autres périodes.
Il arrivait aussi que ces fêtes donnent lieu à des dérapages et des abus.

Quand la religion chrétienne prit son essor, elle décida de canaliser ces débordements jugés inacceptables, en récupérant la tradition à son profit. Et c’est ainsi que les saturnales  furent transformées en fêtes chrétiennes autour de la naissance de Jésus et de la visite des mages.

Il existe des régions dans lesquelles la fête de l’Epiphanie donne lieu à des traditions comme celle des enfants qui passent de maison en maison pour chanter en échange de bonbons.

En Italie, il existe la tradition de la Befana, incarnée par une vieille femme qui chevauche un balai. Mais la Befana ne s’apparente pas à une sorcière, parce qu’elle sourit.
La nuit avant l’Epiphanie, la Befana va de maison en maison.
Les enfants ont accroché une chaussette non loin de la cheminée. Alors la Befana dépose des caramels et des bonbons aux enfants sages et remplit la chaussette de ceux qui ont été méchants avec du charbon. (en réalité le charbon est remplacé par des bonbons noirs, de la réglisse).

La fête de l’Epiphanie avec sa galette n’est donc autre que la récupération de fêtes plus anciennes par la religion chrétienne.

Cela fait des millénaires que les gens partagent une galette contenant une fève symbole du hasard.

Les galettes varient d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre aussi.

Dans le Nord de la France, les galettes des rois sont souvent faites en pâte briochée et fourrées avec une crème pâtisserie enrichie en beurre. C’est la galette à la flamande.

voir ICI

 

Le grand classique des galettes est la galette des rois à base de pâte feuilletée qui elle aussi nous vient de très loin.

Car figurez-vous, que la pâte feuilletée était déjà connue des Grecs et des Arabes.
La pâte feuilletée de cette époque-là était réalisée par superposition de pâte (farine, sel et eau) et des couches d’huile.
N’oublions pas que nous sommes dans les pays du Sud donc de la civilisation de l’huile d’olives.
Ce type de pâte feuilletée existe toujours par exemple en Autriche où l’on déguste le fameux  « Strudel ».

Les croisades furent à bien des titres, la rencontre entre la civilisation occidentale et la civilisation orientale.
Les croisés rapportèrent donc la pâte feuilletée à base d’huile.
On pense que les artisans ont adapté la pâte aux produits qu’ils utilisaient couramment donc le beurre.

La pâte feuilletée actuelle n’est plus obtenue par superposition de couches mais par pliages successifs qui augmentent considérablement le nombre de couches (d’où le nom millefeuille).

La crème la plus couramment utilisée est la crème d’amande dite "frangipane" à base d’amandes moulues, de beurre, de sucre et d’œufs en proportion dite tant pour tant

Voir ICI.

Mais toutes les variations sont permises et il existe d’excellentes galettes avec des compotes de pomme, des crèmes dans lesquelles les noisettes remplacent les amandes.

Régalez-vous donc tout en perpétuant une tradition que vous savez maintenant millénaire.

Illustration photographique ©papy Jipé

 

 

Views: 190