LES HARICOTS

Introduction :

Originaires d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, les haricots occupent une place importante dans l’alimentation humaine.
A première vue, parler des haricots  peut sembler une chose facile. Mais, dès que l’on approfondit le sujet, il se révèle tellement riche et tellement complexe que des livres entiers pourraient lui être consacrés.

Dans le cadre de ce site, nous allons consacrer plusieurs articles à ce sujet qui appartient aussi bien au domaine des cuisiniers qu’à celui des jardiniers.

 

Je vous propose de ne retenir que quelques notions essentielles, des connaissances de « l’honnête homme », et j’encourage tous ceux qui désirent en savoir plus, à se documenter dans les bibliothèques et sur le net.

Présentation :

Comme déjà dit, le haricot est une plante qui nous vient de l’autre côté de l’Océan Atlantique. Son importance dans l’alimentation humaine vient du fait qu’il est une excellente source à la fois, de glucides et de protides.

Il faut retenir qu‘avant d’être consommé sous forme de légume vert, le haricot a été essentiellement consommé sous forme de haricot sec. C’est d’ailleurs sous cette forme qu’il permettait de constituer des réserves pour les périodes hivernales..

La graine donc avant le mange-tout.

 

L’importance du haricot est surtout antérieure à celle de la pomme de terre qui a permis de réduire les  famines.

 

Cultivé dans pratiquement tous les jardins familiaux, le haricot est également produit par une agriculture industrielle. J’ai longtemps habité une région dans laquelle les paysans travaillaient pour l’industrie des conserves et les haricots, petits pois et carottes représentaient la grosse partie de leur activité.

 

Quelques petites notions :

 

Commençons par un truc rigolo.
Le haricot porte le nom latin de "Phaseolus vulgaris."
Je vois d’ici votre tête, si je vous invite à déguster une salade de Phaseolus !

 

Le fameux phaseolus appartient à la famille des Fabaceae – les Papilionacées.
Cela nous parle un peu plus, car en regardant la fleur du haricot, on peut facilement imaginer la forme d’un papillon.

D’ailleurs, on parle du haricot : il vaudrait peut-être mieux parler des haricots au pluriel ?
Il en existe de nombreuses variétés :

 

  • Les haricot petits ( appelés les haricots nains) et les haricots qui grimpent les haricots à rames.
  • Comme déjà dit , il y a les haricots mange tout et ceux qui sont récoltés pour leurs graines.
  • Il existe aussi de nombreuses variétés qui  se différencient par leur couleur vert – jaune, bleu etc…


Un peu de botanique sans se prendre la tête :

 

Le haricot est une plante herbacée  – pas un arbre !
Il est annuel – il faut donc le ressemer chaque année.
Le haricot a des racines très profondes qui peuvent descendre à 1 m.
Les racines du haricot  présentent des nodules qui vivent en symbiose ( en bonne entente) avec la plante.
La plante nourrit les nodules avec de la sève et les nodules produisent de l’ammonium synthétisé à partir de l’azote de l’air.
Le haricot n’épuise donc pas le sol, il l’enrichit. C’est pas beau ça ?

 

Mais le haricot « gèle de peur » autrement dit, le moindre petit gel (-1°C) et vos haricots meurent.
C’est pourquoi, dans nos régions, on ne sème les haricots qu’après les Saints de Glace, quand les gelées ne sont plus à craindre.

 

Le haricot c’est quoi ?

 

C’est le fruit des amours entre les étamines et le pistil comme pour beaucoup de légumes et de fruits.
La fleur porte des organes femelles : le pistil qui contient les ovules et les étamines qui contiennent les  grains de pollen. (organes mâles )

Bizarerie linguistique :

 

Le pistil =  organe féminin !!!
Une étamine  = masculin !!!

Je n’y suis pour rien, je vous le jure, mais si on avait voulu piéger les gens, on ne s’y serait pas pris autrement.

 

Donc, quand papa et maman haricot se sont payés une tranche de bon temps, voilà bébé haricot qui vient au monde. D’abord minuscule, il grandit très vite car il mange de bon appétit.
Il peut atteindre, voire dépasser 25 cm.
Non ! je n’ai pas dit que c’est un haricot portion !

 

Vert ou sec ?

 

Le haricot mange-tout se récolte quand les gousses sont formées.
Pour les haricots secs, il faut attendre qu’à l’intérieur des gousses se forment les graines.

Quand les graines sont formées, la gousse éclate et les graines tombent sur le sol où elles germent.
La vie recommence et se perpétue à moins que vous ne passiez par là pour manger les haricots.

 

En français dans le texte :

 

En Europe on cultivait la « dolique » ou « mongette » dont le nom grec est Phaseolus ! Tiens tiens !
Mais il porte un nom encore plus célèbre : le fayot !
Le nom « haricot » n’apparaît que vers 1628, car on appela longtemps le « haricot-fève » ou « féverole. »

 

L’histoire de haricots vous réserve encore des surprises, si vous avez la curiosité d’aller à la rechercher des renseignements.

Conclusions :

Tout d’abord, je pense qu’il n’y a pas lieu de conclure.
Nous retiendrons que le haricot, sous son aspect modeste, est un personnage important de notre alimentation. Il sait aussi, grâce aux talents des cuisiniers se frayer une place en gastronomie… sans parler des prédispositions musicales de certains fayots qui prennent un malin plaisir à parfumer les salles de concert.

Suite aux prochains articles.

 

Voir ICI

 

 

Les  haricots verts mange-tout connus depuis 1628

 

Avant on consommait essentiellement les harcots secs excellente source de glucides et de protides.

Haricot plat. 
On distigue les renflements de la cosse provoqués par le développement des graines.

 

Dans les cosses on trouve les graines.
Elles peuvent être mangées à l'état frais ou séchées.

Views: 398