TOMATES CERISES FARCIES UN APERITIF FRAIS

Petite histoire :

Les tomates cerises sont d’apparition récente dans nos jardins.
Quand je dis « récente », il faut quand même relativiser.
Les belles grosses tomates ont toujours constitué la fierté des jardiniers.
Une grosse tomate, c’est la promesse d’une belle portion de viande hachée savamment travaillée en farce.

Vous avez déjà essayé de farcir des tomates : comment dire sans être ni méchant, ni méprisant … des tomates rikiki… voilà.

On a toujours mangé pour calmer le bon appétit que l’on rapportait d’une longue journée de travail.

Imaginez le tableau :

Le soir venu, Gustave rentre chez lui.
Il a travaillé dans les champs et quand je dis travaillé, je vous assure, il n’a pas fait semblant.
Il avait passé la matinée à couper l’herbe haute à grands coups de faux.
L’herbe avait été étalée sur la prairie en plein soleil.
Les femmes l’avaient retournée avec leurs râteaux en bois, et le soir venu, on avait chargé une charrette de foin haute comme ça !
Il ne restait plus qu’à décharger et la journée était terminée.
Enfin presque.

Voyez le tableau.

Gusty qui rentre chez lui, l’estomac dans les talons et la Marguerite, sa femme, qui lui sert des tomates cerises farcies.
Divorce garanti ! Ou alors une de ces bagarres : je ne vous dis pas, mais qui rentera pour sû, dans l’histoire  du patelin.

Des tomates de la taille d’une cerise  !

Alors pourquoi des tomates rikiki ?
Je voudrais bien savoir qui a inventé un truc pareil ?

Il faut vous dire que toute cette histoire-là, c’est la faute du temps.
Vous ne le croyez pas, et bien je m’en vais vous l’expliquer.

– Après la guerre…
– Laquelle ?
Il y en a eu tellement
– La dernière pardi !

Donc, après la dernière guerre, il y avait tellement de travail que vous auriez eu du mal à trouver un chômeur.
Du travail, il y en avait tellement que celui qui quittait son boulot  le matin, l’après-midi il était déjà engagé pour un nouvel emploi.

Quand on est heureux on ne pense pas, ou alors si peu.

Les gens vécurent donc leur bonheur sans même sans rendre compte.
Ce furent les années dites glorieuses.
Elles apportèrent un certain bien être qui devint comment dire « normal » :
des appareils ménagers, une machine à laver, un frigo bientôt suivi par un congélateur et surtout un truc important, si important que je suis sûr que vous n’y pensez pas :
la télévision.

A cette époque-là, on mécanisait  tout ce qui pouvait l’être.
Les bicyclettes devinrent des mobylettes.
Le cheval se transforma en tracteur.

Et, quand les gens rentraient chez eux, ils n’étaient même plus fatigués ou alors si peu.

Is avaient du temps.
Ils apprirent à regarder avec des yeux carrés, les écrans qui montraient la vie de gens riches qui travaillaient encore moins qu’eux.
C’était la loi des séries, ou mieux dit, ce sont les séries télé qui faisaient la loi de nos soirées.

C’est à cette époque-là que l’on vit naître un sport nouveau :
aller au restaurant.
Alors on essayait de dénicher un restaurant où l’on mangeait bien mais, comme les gens n’avaient plus faim, ce n’est pas le restaurant où l’on mangeait beaucoup qui attirait les gens, mais celui dont le patron inventait les plats les plus surprenants qui avait la cote.

Les fruits du jardin furent délaissés et remplacés par ceux qui venaient de l’autre côté du monde et qui avaient fait un long voyage en avion.

Les écrevisses de nos rivières firent place aux homards.
Avez-vous déjà vu des homards dans les rivières alsaciennes ?

Je pourrais vous citer plein d’autres exemples …

Alors vous comprendrez s bien que c’est à cause du temps qui file de plus en plus vite que les tomates rikiki ( enfin je veux dire cerises) en profitèrent pour détrôner les bonnes vieilles tomates bien de chez nous. Simple histoire de modernité

Quand les archéologues se pencheront sur cette période de notre histoire, il y a de fortes chances qu’ils la baptiseront : l’ère de la nouvelle cuisine.

Caractéristiques :
Des factures inversement proportionnelles à la taille des portions.

Je suis un enfant de cette époque-là, je ne peux le renier, mais  pour être plus précis, je dirais que j’appartiens à la période charnière entre la bonne vieille cuisine de nos grands mères et de la nouvelle cuisine de mes contemporains.
De début de terres, grand-père m’a légué son bon sens paysan et cela me poursuit tout au long de ma vie.

TOMATE CERISES FARCIES UN APERITIF FRAIS :

Rien de très exceptionnel :
– des tomates cerises farcies avec du fromage aux fines herbes

C’est tout ?
Oui ! N’oubliez pas  de passez à la caisse.

Ingrédients pour 4 personnes :

– tomates cerises enfin pas trop cerises quand même
– mettez en 2 ou 3 par personne.

Farce :

– 1 fromage ail et fine herbes ( je vous laisse le choix de la marque)
– tranches de viande séchée 2/personne.
– 1 feuille de salade (attention à votre ligne)
– salade de riz avec dés de tomate et lamelles de viande séchées.

PROGRESSION :

Préparations préliminaires

– lavez et équeutez les tomates.
– creusez les tomates à l’aide d’une cuiller à pommes parisiennes.
– salez l’intérieur des tomates et retournez les sur une grille.

La farce :

– découpez la moitié des tranches de viande fumée en tout petits cubes (brunoise)
– mélangez la brunoise au fromage ail et fines herbes.
– préparez de petites boules de farces juste de l taille des tomates cerises.
– farcissez les tomates.
– découpez le reste de viande séchée en lanières.

Salade de riz :

–  préparez une salade de riz classique contenant de petits cubes de tomate.
– assaisonnez avec une vinaigrette plutôt corsée.

Dressage :

– dressez sur assiette.
– posez une feuille de laitue
– disposez les tomates cerises farcies.
_ dressez la salade de riz en  forme d’un petit pot de fleur renversé
_ garnissez avec les lanières de viande séchées.
– bien mettre au froid jusqu’au service.

COMMENTAIRES DU CHEF :

Difficile de faire plus simple.
Pourtant vous pouvez laissez libre cour à votre imagination.
Vous avez le choix entre des tomates cerises de nombreuses couleurs.
Vous pouvez également choisir différentes viandes séchées et fumées.

N’oubliez pas, que le rôle de cet apéritif ou entrée est juste d’ouvrir l’apéritif.

Les photos sont soumises à © Jean-Paul Brobeck alias Papy Jipé

Les ingrédients faciles à trouver Tomates cerises choisissez- les quand même pas trop petites La cuiller à pommes parisiennes est un bon outil pour creuser. La viande sechés moitié en brunoise, l’autre moitié en languettes.Mélangez la fromage et la brunoise de viande séchée.On farcit avec le fromage ail et fines herbes et la viande séchée

Une idée de présentation parmi bien d’autres

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*