LE MONDE TEL QU’IL VA de tic en tac

Qui sait, avec l’âge, on devient peut être plus sensible, pour ne pas dire carrément « gaga. »
Qui sait, peut-être faut-il que passent les années, pour nous enrichir d’expériences et nous permettre d’accéder à un peu de clairvoyance que nous appellerons « sagesse ».

Vous en connaissez beaucoup des « jeunes sages » ?

Il semblerait, c’est du moins ce que je ressens, qu’il faut avoir pour les moins les cheveux gris, voire blancs, pour regarder avec les yeux de ceux que la Vie a fait passer par des hauts et des bas que d’aucuns appellent l’Expérience.

Professeur, je me souviens avec un peu de nostalgie de ces phrases que je prononçais souvent.

«  Je vous encourage à faire le plus rapidement possible toutes les erreurs et toutes les bêtises. Quand vous les aurez toutes faites, alors il nous restera la possibilité de travailler sérieusement. »

Quand on dépasse les 70 ans, on entre dans la période de sa vie, où chaque jour est marqué par une nouvelle maladie.
Qu’est-ce qui va encore me tomber sur la tête aujourd’hui ?

Alors, dans l’attente d’une catastrophe toujours imminente, on fait avec ce que l’on peut, c’est-à-dire, pas grand-chose et l’on voyage souvent dans son fauteuil, à défaut de faire des croisières ou des « treks » comme « ils » disent maintenant.

Car le vocabulaire a son importance.
Je dirais même que le vocabulaire est devenu la véritable colonne vertébrale.

On ne court plus « on run »
La course à pied a été remplacée par le « running. »

« Up to date »

C’est le grand mot.
Il faut être à la page.
Quoi, vous avez encore une voiture avec un volant qui ne chauffe pas !

Dans le temps, on faisait une promenade dans les Alpes
Maintenant, on fait un trekking.

Je vous laisse toutes ces activités qui sont de votre âge.
Moi, je m’amuse à d’autres plaisanteries.
J’écris des livres, je tiens des sites, j’enseignement la cuisine et la photographie.
Je cultive mon jardinet.
Je bricole avec ce qui me reste de doigts et d’habilité, déduction faite de l’arthrose.

Cela ne m’empêche pas de « me tenir au courant »
Déformation professionnelle de journaliste certainement.
Je regarde les informations à la télévision française et je file les contrôler sur les chaînes allemandes.

Et bien voilà, justement…

J’ai la chance d’habiter un pays appelé « le pays des 3 frontières ».
C’est quoi ?
Et bien, je prends ma voiture et quinze minutes plus tard, je suis en Suisse.
Ou alors, je change d’orientation, et il ne me faut pas plus de temps pour être en Allemagne.
Ce n’est pas beau ça ?

Je me croyais privilégié.
Mais, internet m’a battu à plates coutures.

Désormais, avec quelques résistances, un circuit imprimé et quelques « bin’s » dont je ne connais pas même le nom, c’est le monde entier qui se promène sur l’écran de ma télévision.

Et notre monde va mal.
Très mal.

Il a toujours existé des  lanceurs d’avertissements, des gens qui mettent en garde, des « tireurs de sonnettes d’alarme (j’aime bien cette image)
On les appelle des « prophètes. »

Je n’ai pas la moindre envie d’entrer dans la confrérie des prophètes ; mais, je ne peux quand même pas me résoudre à fermer les yeux.
Et, ce que je vois, ne me fait vraiment pas rire du tout

Tic, tac…

Nous vivons dans un rythme d’alternance.
Un coup la gauche, un coup la droite.
Chacun déclare bien haut, être bénévole, avoir le cœur pur de toute pensée intéressée.
Il ne faut quelques mois, pour que l’on s’embourbe dans les mêmes ornières.

Tic, tac,

On prend les mêmes et l’on recommence.
En ex RDA, on a viré les membres de la « Stasi »
Et quand on a formé une nouvelle police, on les a réengagés, car ils étaient les seuls disponibles.
« Absolutionem »

Et plus on avance, plus le mouvement de balancier nous conduit vers les extrêmes. Actuellement, ceux qui le désirent peuvent avoir une vue à l’échelle européenne, voire mondiale.
Il suffit de fouiller notre mémoire désormais digitale.

Les années 80 (oui, celles de l’autre siècle) virent l’avènement de la gauche.
Ensuite, on retourna à la droite, mais le mouvement était tellement fort que l’on dépassa la frontière et l’on atterrit dans l’extrême droite.

Une simple photo d’un gamin mort gisant sur une plage, déclencha une vague d’immigration.
Une simple photo, mais quelle photo !
Un gamin mort avec des habits presque repassés !
Un gamin « propre sur lui ».
Une vague d’immigration tellement forte qu’elle finit par déclencher la nostalgie de l’extrême droite.
Normal, quand on pense à nos anciens qui doivent se contenter d’une petite retraite alors que l’on verse davantage aux immigrants.

Nous sommes dans une voie de garage.
Notre salut  …  le tic tac ?
L’alternance ?
Mais quelle alternance ?
Allez, remplissez vite vos poches pendant que vous êtes encore au gouvernement.

L’autre dimanche, une émission parlait de cette fameuse école suisse réservée aux «  gosses de riches »

150 000 euros par an.
Une bagatelle !
Suffit d’avoir les moyens.
Deux élèves par prof en classe de physique.
On rêve.
Et le gamin auquel on a mis à disposition un coffre pour y mettre en sécurité ses montres les unes plus chères que les autres.
Aujourd’hui, je mets celle-ci : avait-il déclaré.
C’est la plus élégante.

De mon temps, on mettait une montre pour savoir l’heure. Non ?

Le fin du fin,
Le nec plus ultra.
Le cartel de ceux qui vont diriger le monde
Ceux qui vont licencier plus tard, car voyez-vous c’est la récession, il faut me comprendre…

Ce qu’il y a de mieux est tout juste suffisant.
Il y a des gens qui ont fini en camp de concentration pour n’avoir su donner ce qu’il y avait de mieux.
Das Beste vom Bestem.
Mais c’était du temps des SS.

Au fur et à mesure que j’écris, mes doigts sur le clavier deviennent lourds.
Mon cœur aussi.
L’inéluctable marche du temps.

« Dieu, ils sont aveugles parce qu’ils ferment leurs yeux »

Tous les Hommes naissent libres et égaux
en droit  (ouf !)
Mais, il y a ceux qui naissent avec du pognon
et d’autres qui n’ont que leurs yeux pour pleurer.

Un jour, Henri a postulé pour un poste de recteur d’académie.
Henri possède un triple doctorat en linguistique allemande.

Il avait même été invité par le fameux MIT parce que la linguistique sert également à concevoir les langages qui permettent de guider les fusées.
Un type bien le Henri.

On lui refusa le poste de recteur.
Vous voulez rire, Monsieur, le jour où le fils d’un jardinier deviendra recteur, n’est pas encore venu.

On aurait pu le dire autrement :

Attendre le jour où les poules auront des dents.

Tous les hommes naissent…..

Vous connaissez la suite.
C’est sans solution ce truc-là,
C’est comme la quadrature du cercle.
Un cercle vicieux

Qui sait.
Dressez l’oreille !

Vous n’entendez pas un Tic Tac.

Celui de l’alternance ?
Ou celui d’une bombe à retardement.

Un jour, j’ai discuté avec mon ami Fortuné bien plus âgé que moi.
«  Cela ne te plairait pas de redevenir jeune ?
– Oh que non,  me répondit-il !

A L’époque, je n’ai pas compris.

Maintenant, j’ai 75 ans et je suis heureux d’être si proche de la fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*